Parmi les canaux de communication utilisés par la Ville pour joindre les citoyens, figure la messagerie express. Il s’agit d’un système d’alertes et de notifications auquel les résidents peuvent s’abonner gratuitement. L’hiver passé, le sondage sur les communications montrait que les citoyens apprécient le service et souhaitent qu’il soit utilisé davantage.

Dans les quelque 2200 foyers du territoire, déjà 675 personnes se sont abonnées au système d’alerte. Celui-ci nous permet, entre autres, d’adresser un message localisé à un secteur géographique en particulier. Par exemple, en sélectionnant uniquement les rues concernées par l’annonce. Si bien qu’il est avantageux d’indiquer une adresse civique dans la fiche d’inscription.

Nous vous encourageons à vous inscrire et à tenir vos informations à jour. Utilisez le petit formulaire en ligne.

Information et assistance

Alain Lapierre, 418 364-7073 p. 232, greffe@carletonsurmer.com.

L’unité 30 Chaleur de la Garde côtière auxiliaire canadienne, en collaboration avec la Ville de Carleton-sur-Mer, a installé une station de prêt gratuit de vestes de flottaison individuelle (VFI) pour les enfants à la plage municipale. 

Au total, neuf VFI sont offerts en libre-service aux enfants qui en requièrent pour se baigner ou pour monter sur une embarcation. Les parents n’ont qu’à remplir une feuille avec leurs coordonnées, à choisir la bonne taille pour leur enfant et veiller à ce que le VFI soit ajusté selon les indications sur place.

« Ce projet pilote s’inspire du programme Kids don’t float (les enfants ne flottent pas) qui existe depuis plusieurs années au Canada, explique Robert Leblanc de la Garde côtière auxiliaire canadienne et instigateur du projet. C’est une première initiative dans l’est du pays, précise-t-il. » Le maire suppléant à Carleton-sur-Mer, Jean-Simon Landry, mentionne que la Ville a embarqué avec enthousiasme dans cette initiative qui s’inscrit parfaitement dans les orientations municipales pour améliorer la sécurité nautique.

Le programme Kids dont float a été instauré en 1996 en Alaska, avec l’installation de 15 stations de prêt de VFI. Une centaine de stations ont été déployées par la suite au Canada, principalement dans l’ouest du pays. Au Québec, les enfants entre zéro et 5 ans sont les plus à risque de noyade avec un taux d’environ 1/100 000 habitants par année. Dans tous les cas de noyades répertoriés, 69 % ne portaient pas de VFI.

L’implantation d’un tel service permet de sensibiliser et d’informer la population sur les saines habitudes à adopter en milieu aquatique.

La Ville a acquis un bateau pneumatique pour que les pompiers puissent porter secours en milieu nautique. Cet équipement de sauvetage s’ajoute aux ressources municipales grâce à la contribution de Service secours Baie-des-Chaleurs, qui paie la totalité du coût d’acquisition du bateau et de l’équipement. D’ailleurs, cet organisme s’implique régulièrement afin de bonifier la qualité des services à la communauté.

Le système sera opérationnel le 1er juillet, lorsque l’équipe de six pompiers sera adéquatement formée. Carleton-sur-Mer pourra donc fournir un service de sauvetage sur la baie des Chaleurs. Ce service d’urgence en milieu isolé (SUMI) s’ajoute en complément à ceux de la garde côtière et de la garde côtière auxiliaire. C’est une première étape aux suivis nautiques et sur glace régionaux, qui est aussi complémentaire avec les suivis en forêt qu’on peut faire avec les VTT et les motoneiges.

Service secours Baie-des-Chaleurs, représenté ici par Gilles Lapointe, directeur général, paie le coût d’acquisition du zodiac et de tout l’équipement nécessaire au sauvetage en mer, comme les radio, combinaisons de flottaison, etc. Le maire, Mathieu Lapointe, est heureux que le service de sécurité publique améliore son agilité grâce à ce don.

Afin de prévenir les noyades sur le territoire, de nouvelles initiatives sont mises de l’avant cet été. Votre participation peut sauver des vies :

  • Des vestes de flottaison individuelles (VFI) seront disponibles gratuitement au parc des Horizons. Elles sont prêtées en libre-service aux enfants. Cette initiative de la Garde côtière auxiliaire s’inspire du programme américain Kids don’t float. Enfilez un VFI à votre enfant sur toute embarcation nautique, incluant un paddel board.
  • Des autocollants avec les numéros d’urgence seront distribués par Pêche sportive BDC aux propriétaires de bateau de plaisance. Collez-les pour qu’ils soient visibles!
  • Les numéros de téléphone à composer lorsqu’on est témoin ou victime d’un incident sur l’eau ou d’un problème au large sont indiqués plus bas. Prenez-les en note!

Vous êtes témoin ou victime d’un problème?

En mer, appelez :

  • le centre de recherche et sauvetage : 1 (800) 463-4393
  • la garde côtière Les Escoumins :
    • VHF : Canal 16
    • Cellulaire : *16

Sur la plage, appelez le 911.

Du 21 au 27 mai 2022, c’est la semaine de la sécurité nautique. Voici les 5 messages clés pour naviguer en toute sécurité :

  1. Portez votre gilet de sauvetage Plus de 80 % des Canadiens qui se noient en bateau ne portaient pas leur gilet de sauvetage ou ne le portaient pas correctement.
  2. Embarquez sobre Qu’il s’agisse de médicaments sur ordonnance, d’alcool ou de cannabis, la consommation de substances intoxicantes est à la fois irresponsable et illégale.
  3. Suivez un cours de navigation Si vous conduisez une embarcation de plaisance à moteur, vous devriez avoir votre carte de conducteur d’embarcation de plaisance ou une autre preuve de compétence. Si votre préférence pour la navigation de plaisance va vers la pagaie, c’est le moment idéal pour vous inscrire à une formation sur l’eau.
  4. Soyez prêts, vous et votre bateau Cela signifie que vous êtes au courant de votre voyage à venir, que votre bateau est correctement équipé du matériel de sécurité requis et bon à avoir, que la météo est propice au voyage, que vous avez suffisamment de carburant et que vous avez déposé un plan de voyage.
  5. Soyez conscients des risques liés l’eau froide L’eau froide peut gravement affecter votre capacité à nager ou même simplement à rester à flot. Quelle que soit votre capacité à nager, la meilleure chance de survivre à une immersion accidentelle en eau froide est de porter votre gilet de sauvetage!

Ressources

Conseil canadien de la sécurité nautique : https://csbc.ca/fr/
Appli utiles, carnet de bord, prix, prévention, etc. Un incontournable!

Navigation 101 pour kayak, canot, planche à pagaie et bateau à moteur : https://startboating.ca/fr

Bateau à moteur, motomarine, canotage, pêche et voilier  : https://plaisancieraverti.ca/

5 étapes pour naviguer en sécurité

Le Centre d’appel d’urgence des régions de l’Est du Québec (CAUREQ) est une organisation à but non lucratif qui reçoit les appels 9-1-1 en provenance des régions du Bas-Saint-Laurent, Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine et la Côte-Nord.

En cas d’urgence, le citoyen doit prioriser en tout temps un appareil filaire ou cellulaire pour communiquer avec le 9-1-1. Ceci permet d’obtenir l’adresse du propriétaire (téléphone filaire) ou une localisation GPS de l’abonné (cellulaire). Surtout, ceci permet une réponse directe du centre d’appels d’urgence de sa propre région ou d’une région voisine. Toutefois, les caractéristiques géographiques de notre territoire limitent le déploiement du réseau téléphonique, d’où le fait que certains doivent utiliser un téléphone satellite.

Utilisation efficiente et sécuritaire d’un téléphone satellite

Quand un citoyen compose le 9-1-1 à partir d’un téléphone satellite, l’appel est acheminé à un centre hors Québec (Texas, Vancouver, etc.), puis redirigé en région. C’est pourquoi, lorsqu’aucune couverture téléphonique n’est disponible, le CAUREQ recommande aux utilisateurs de téléphone satellite de composer la ligne d’urgence à 10 chiffres : 418 724-0171 au lieu de composer le 9-1-1. Ce numéro permet à la population sur le territoire de communiquer directement avec le CAUREQ, sans passer par un centre hors Québec.

Il est nécessaire de comprendre la notion du territoire desservi par le CAUREQ. En effet, un résident de Sacré-Coeur qui chasse sur son lot au Saguenay n’est plus desservi par le CAUREQ. Un travailleur forestier de Saint-Athanase qui est à Mont-Carmel n’est plus desservi par le CAUREQ. Dans ces deux exemples, le numéro d’urgence à dix (10) chiffres ne doit pas être utilisé puisque le CAUREQ ne dessert pas ces territoires.

De plus, en aucun cas, ce numéro ne doit être utilisé pour d’autres usages puisqu’il est associé à une cascade de lignes où sont acheminés tous les appels d’urgence transmis au CAUREQ, pour lesquels l’utilisation du 9-1-1 n’est pas possible. Le téléphone satellite ne permet aucune localisation, ni même de coordonnées GPS. Il doit donc être utilisé en dernier recours.

Pierre Beaulé, directeur sécurité publique et incendie

Le radon est un gaz inodore et incolore qui provient de la désintégration de l’uranium présent dans la croûte terrestre et se répand à la surface du globe. Il peut s’infiltrer dans une maison par différents endroits tels que les fissures dans les fondations, les planchers en terre battue, les joints de construction, les ouvertures autour des conduits d’évacuation ou encore les vides sanitaires, les siphons de sol et les puisards. Une exposition quotidienne au radon augmente le risque de développer un cancer du poumon. Ce risque peut s’accroitre selon le niveau de concentration ainsi que le nombre d’années d’exposition, d’où le besoin d’intervenir rapidement.

Mesurer la concentration de radon pour réduire son exposition

En 2020, 90 résidents de Carleton-sur-Mer ont participé à une campagne de dépistage organisée par l’organisme, Occupe-toi du radon. Cette campagne a révélé que le tiers des résidences présentaient un taux supérieur à la ligne directrice de Santé Canada.

L’unique façon de savoir si vous avez une infiltration de radon dans la maison est d’en mesurer la concentration dans l’air à l’aide d’un détecteur certifié, appelé dosimètre. C’est une mesure que l’on peut réaliser soi-même sans danger. Le coût des travaux d’atténuation varient entre 500 $ et 3000 $, en fonction des travaux à exécuter. Procurez-vous une trousse de dépistage sur https://takeactiononradon.ca/fr/test-fr/.

Samuel Landry, responsable de l’urbanisme

Ces personnes s’investissent pour développer et maintenir des compétences essentielles à leur métier. Nous sommes privilégiés de pouvoir compter sur leur service professionnel.

Officier municipal en bâtiment et en environnement

Samuel Landry, responsable de l’urbanisme, a récemment obtenu le diplôme d’officier municipal en bâtiment et en environnement, concentration environnement. Décerné par la Corporation des officiers municipaux en bâtiment et en environnement du Québec, ce diplôme est une reconnaissance orientée vers des services municipaux actuels et de qualité en urbanisme et en gestion du territoire.

Les pompiers de la caserne 79

Le service incendie a remis des diplômes aux pompiers qui ont terminé des formations ces derniers mois.

  • Pompier 1 (255 h) et matières dangereuses opérations (30 h) : Éric Guénette, Mario Levesque et Miguel Landry;
  • Autosauvetage (20 h) : Pascal Berthelot, Marc Côté, Renaud Lebreux, Pierre Beaulé, Mathieu Leclerc, Gaétan Litalien;
  • Désincarcération (30 h) : Marc Côté et Joël Bérubé;
  • Officier non urbain et recherche des causes et circonstances des incendies (90 h) : Patrick Lallement, Marc Côté et Joël Bérubé;
  • Instructeur 1 (45 h) : Marc Côté et Joël Bérubé;
  • Officier 1 (150 h) : Marc Côté et Joël Bérubé.

Photo : Pierre Beaulé, directeur sécurité publique et incendie; Joël Bérubé; Renaud Lebreux; Patrick Lallemand; Marc Côté; Pascal Berthelot; Gaétan Litalien; Mathieu Leclerc.

En 2020, 90 résidents de Carleton-sur-Mer ont participé au Défi des 100 trousses de dépistage du radon en réponse à l’invitation de l’organisme Occupe-toi du radon. Sur les 90 participants, une résidence sur trois (33 %) présente des concentrations de radon supérieures à la ligne directrice canadienne.

Le radon est un gaz radioactif naturellement présent dans le sol et qui peut être dangereux pour la santé humaine. En effet, c’est la principale cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs et il peut favoriser le développement de ce cancer chez les fumeurs.

La seule manière de savoir si votre résidence présente du radon en quantité nocive pour votre santé est de faire un test avec une trousse de dépistage. Par la suite, différentes méthodes permettent de diminuer de plus de 90 % la concentration de radon dans une résidence fortement touchée.

Webinaire d’information le 2 septembre à 19 h

Occupe-toi du radon organise le Webinaire régional sur le radon — Publication des rapports communautaires pour le Québec. Les détails et les liens de connexions Zoom seront relayés sur le site internet https://takeactiononradon.ca/events/webinaire-radon-pour-quebec/.

Vous pourrez aussi voir le webinaire en rediffusion sur la page Facebook https://www.facebook.com/TakeActiononRadon/live.

Pour plus d’informations ou pour vous procurer vous-même une trousse de dépistage, nous vous encourageons à consulter le site internet : https://takeactiononradon.ca/fr/test-fr/.

Francis Dubé, assistant à l’urbanisme

La Ville s’ajuste!

En plus de certains critères de sécurités, l’abolition des droits acquis quant aux piscines installées avant le 22 juillet 2010 représente le plus gros changement à l’ancienne règlementation.

La Ville en profite pour modifier sa règlementation afin de s’ajuster aux nouvelles normes provinciales.

Dès à présent, toute nouvelle piscine installée sur le territoire doit être conforme aux nouvelles normes de sécurité. Les propriétaires de piscines déjà en place auront jusqu’au 1er juillet 2023 pour adapter leur installation aux nouvelles normes.

Permis requis avant l’installation d’une piscine

De plus, un permis d’installation est nécessaire pour la mise en place de tout bassin destiné à la baignade afin de veiller au respect des normes de sécurité. Il est donc indispensable de s’informer auprès de la municipalité avant d’entreprendre tout projet d’installation de piscine.

Pour se procurer un permis et vérifier la  règlementation s’appliquant à leur projet, les citoyens sont invités à communiquer avec le service de l’urbanisme au 418 364-7073, poste 225 ou  à urbanisme@caletonsurmer.com.

Vous pouvez aussi visiter le site www.mapiscinesecuritaire.com, de la Société de sauvetage, un excellent outil sur l’aménagement conforme et sécuritaire d’une piscine.