La MRC Avignon déploie une démarche de consultation publique sur tout le territoire. Visant l’élaboration et la mise à jour des politiques, cette consultation permettra aux municipalités et à la MRC de mieux connaître la volonté des citoyennes et des citoyens et guidera la réalisation des plans d’action.

En collaboration avec les comités familles-aînés municipaux et le comité responsable du diagnostic de sécurité, la MRC Avignon invite la population à prendre la parole en répondant au questionnaire portant sur le bien-être collectif, les enjeux de la vie citoyenne et la sécurité du territoire.

Les répondants courent la chance de gagner un des 5 chèques-cadeaux de 200 $ échangeables dans le commerce de leur choix sur le territoire!

Sondage en ligne ou papier : prévoir environ 20 minutes.

Participation en ligne :

Information et obtention du formulaire papier :
Lisa Guérette, 418 320-9778 lisa.guerette@mrcavignon.com
Johanne Poulin, 418 534-2349 johanne.poulin@mrcavignon.com

 

  • 27 et 28 avril dès 19 h à la salle Charles-Dugas (La rencontre du 29 avril a été annulée.)
  • Maximum 25 personnes par soir

La Ville développe un projet d’aménagement du banc de Carleton et du quai. Selon vous, comment mettre en valeur  le riche patrimoine maritime de ce secteur? Votre point de vue est important pour enrichir la réflexion.

Réservation : communiquez votre nom et la soirée à laquelle vous souhaitez participer à Frédéric Schultz  : 418 364-7073, p. 238 ou par courriel : animation@carletonsurmer.com.

Suivez l’événement ici et sur Facebook pour savoir si les consultations peuvent toujours se tenir en présence comme prévu, selon le contexte de la pandémie.

La saison de glace à l’aréna est maintenant terminée. Un bris mécanique a devancé la fermeture. Mais, bonne nouvelle, le ministère de l’Éducation a retenu le  projet de réfection du centre Léopold-Leclerc pour bénéficier d’un financement avec le PAFIRS (Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives).

Avec l’appui de différentes organisations locales et régionales, l’équipe municipale a développé un projet pour moderniser l’aréna et le rendre plus sécuritaire et facilement accessible. L’infrastructure sera prête pour traverser les 25 prochaines années après cette mise à niveau qui comporte :

  • investissement de 2,9 M$, financé à 66 % par Québec et Ottawa. La Ville paiera donc le tiers, soit 959 023 $;
  • isolation des murs extérieurs et de la toiture;
  • réfection des vestiaires, salles des douches et toilettes;
  • remplacement de la tour d’eau (système de réfrigération);
  • aménagement pour rendre le bâtiment accessible (rampe d’accès extérieure et fenestration pleine hauteur à la mezzanine);
  • ventilation de l’enceinte et échangeur d’air;
  • mise à niveau du chauffage, de l’éclairage extérieur et dans les chambres.

La glace de mer protège naturellement les côtes

La glace joue de nombreux rôles dans l’écosystème côtier et marin. L’hiver, un pied de glace se forme parfois près du rivage, ce qui correspond à la glace ferme. Celle-ci bouge généralement peu et se colle tout le long du littoral, où elle est plus épaisse. Lorsqu’il est présent, le pied de glace protège la côte contre l’érosion en atténuant l’énergie des vagues.

Diminution du couvert de glace et augmentation de l’érosion côtière

La hausse des températures hivernales de l’air et de l’eau, et le prolongement de la  période sans gel écourtent la durée de l’englacement. De nos jours, pendant la période englacée, le pied de glace est souvent discontinu et son effet protecteur est donc amoindri. Les banquises sont aussi plus minces et plus fragiles. Des blocs de glace sont ainsi relâchés dans l’eau. En hiver, les côtes se trouvent donc partiellement ou entièrement déglacées et l’eau se charge de blocs et de frasil (cristaux de glace). Les vagues entraînent ce matériel solide et érosif, et le projettent avec violence sur les côtes. Cela provoque des décrochements de falaises meubles et attaque des falaises saines. Les résidents de la Baie-des-Chaleurs peuvent facilement observer l’érosion des côtes due au manque de glace.

Impacts sur les organismes vivants et le carbone atmosphérique

D’autres impacts découlent également de la diminution du couvert de glace. Ils sont moins évidents, mais tout aussi critiques, car ils agissent à l’échelle globale. Une banquise petite, mince et fragile provoque la diminution des aires de repos de la faune marine et transforme l’habitat de plusieurs espèces. La luminosité dans la colonne d’eau augmente, ce qui affecte certains organismes vivants, comme les décomposeurs et le phytoplancton (micro algues en suspension dans l’eau). Il en résulte des impacts sur la photosynthèse et sur le stockage du carbone, qui affectent, à leur tour, les changements climatiques eux-mêmes.

Abonnez-vous à la liste d’envoi auprès de Sarah Auger : sauger@zipgaspesie.org.

Projet soutenu financièrement avec le programme Climat-Municipalités-Phase 2, découlant du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

La photo montre un bord de mer sans pied de glace et avec du frasil dans l’eau.

Chronique du Comité Zip
Avril 2021

Carleton-sur-Mer bénéficie d’un programme du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, afin d’améliorer la gestion des ressources en eau et de mieux protéger les milieux hydriques et les écosystèmes aquatiques. Le projet, évalué à 50 835 $, est piloté en collaboration avec le Conseil de l’eau Gaspésie-Sud. Celui-ci a mandaté La Fondation Rivières pour établir un portrait de l’état actuel des systèmes d’épuration des municipalités qui se sont impliquées. Ainsi, 15 stations de traitement des eaux usées et 92 ouvrages de surverses seront caractérisés.

Cette mise à jour du portrait régional pourra servir de levier pour mettre à niveau certaines infrastructures, apportant ainsi des projets d’infrastructures et de développement en région. Échelonnée sur six mois,  jusqu’à juillet 2021, la réalisation du projet permettra également de sensibiliser la population et de démontrer les efforts municipaux. En plus d’améliorer la gestion municipale des eaux usées dans la région, un tel projet contribue notamment à réduire les impacts des eaux usées sur les milieux humides, à répondre aux inquiétudes sur la prolifération anormale d’algues observée dans certains estuaires ainsi qu’à conserver et restaurer les habitats fauniques en lien avec les écosystèmes riverains.

La Ville de Carleton-sur-Mer lance un deuxième budget participatif avec un montant de 100 000 $, soit le double du montant accordé en 2020.

En effet, le budget total a été bonifié, si bien que 75 000 $ sera attribué au volet grand public et 25 000 $, au volet jeunesse.

Le citoyen est au cœur de la vie municipale. C’est pourquoi le conseil municipal de Carleton-sur-Mer invite cet acteur de premier plan à participer à de nouveaux projets avec le budget participatif. Cette démarche permet aux décideurs de mieux connaître et de mieux répondre aux besoins de la communauté.

Les personnes intéressées peuvent déjà remplir le formulaire de dépôt de projet et un atelier de développement de projets se tiendra le 9 mars. Toute l’information, incluant le formulaire, est publiée à budgetparticipatifcarletonsurmer.com et disponible à l’hôtel de ville.

Dans un processus de démocratie participative, ce budget permet aux citoyens d’affecter une partie du budget municipal à deux projets d’investissement : un pour les citoyens et un pour les jeunes.  «  Le budget participatif, c’est aussi un processus éducatif, précise le directeur général, Antoine Audet, loin d’exclure les élus et les professionnels, il va plutôt inclure le citoyen dans l’équipe municipale. »

En 2019, le budget participatif a permis d’améliorer l’aménagement du trottoir de bois au parc des Horizons et de refaire le terrain de balle molle à côté de l’OTJ. En plus de ces deux idées qui avaient remporté le vote du public, le conseil municipal a aussi mis en œuvre la réalisation de trois autres projets qui avaient également été proposés par ces citoyens. En effet, grâce à des opportunités de financement, la forêt nourricière, le piano public et le micromusée sont en voie d’être concrétisés.

Dates à retenir

9 mars : Atelier de développement de projets

26 mars : Date limite pour déposer un projet

16 avril : Fin de la période d’analyse de recevabilité

21 mai : Fin de la période de faisabilité des projets et des rencontres de travail

7 juin : Présentation des projets

30 juin : Date limite pour voter

13 septembre : Annonce des gagnants

2022 : Réalisation et inauguration des projets

Information : Frédéric Schultz 418 364-7073 p. 238

Depuis quelques mois, un comité travaille à la mise en œuvre d’un micromusée. Celui-ci se trouvera le long de l’avenue du Phare, à l’intérieur du petit bâtiment jouxtant le barachois. La réalisation du projet permettra de mettre en valeur ce magnifique plan d’eau, en dépoussiérant des pages de l’histoire locale qui y sont associées. On n’a qu’à penser à la présence des Micmacs, au passage de Jacques Cartier, à l’arrivée des Acadiens, à l’industrie forestière avec l’avènement du moulin de la Madawaska, aux différentes formes de loisirs qui se sont déroulés sur le barachois ainsi qu’à la raison d’être de cette lagune sur le plan écologique.

On veut voir vos images!

Vous avez des photographies, des bouts de films ou de vidéos anciens ou récents sur le sujet? Vos documents peuvent alimenter la réflexion du comité qui recherche du contenu visuel. Le comité se compose de Michel Landry, Paul Lemieux, Christine Porlier, Olivier Rhéaume et Pascal Alain. Toutes vos pistes peuvent servir!

Information :  Pascal Alain à pascal.alain@carletonsurmer.com ou 418 364-7073, p. 230

NOUVEAU PROJET-NOUVELLE IMAGE

Les municipalités de Carleton-sur-Mer, Maria, New Richmond et Bonaventure cherchent à s’adapter aux changements climatiques par un projet de gouvernance participative. Il a été décidé de créer un site Internet afin d’encourager la communication autour du projet.

http://adaptationcotierebdc.com/

Le nouveau site Web, destiné aux citoyens et aux acteurs du milieu, est maintenant en ligne. Il sert à favoriser la concertation, la communication et la consultation sur les enjeux d’adaptation aux changements climatiques dans les quatre municipalités impliquées. Il vise aussi à informer les citoyens au sujet de ces enjeux. Ainsi, les internautes trouveront sur ce site de l’information concernant les changements climatiques dans la Baie-des-Chaleurs, ce qui les aidera à mieux comprendre comment ils affectent ce territoire.

Les buts, les objectifs, les données et les résultats du projet, ainsi que l’annonce d’événements y sont présentés. Les citoyens sont invités à consulter régulièrement le site afin de s’informer sur l’avancement du projet, sur les activités et sur les consultations citoyennes à venir. L’inscription à notre liste d’envoi courriel personnalisé est aussi possible via ce site.

Abonnez-vous à la liste d’envoi auprès de Sarah Auger : sauger@zipgaspesie.org.

Projet soutenu financièrement avec le programme Climat-Municipalités-Phase 2, découlant du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

 

Cette année, la Ville a entrepris de se doter d’une stratégie d’attraction et de rétention des nouveaux arrivants. Ce projet vise à freiner les effets dévitalisant de l’exode des jeunes et du vieillissement de la population, en favorisant l’arrivée de nouveaux arrivants au sein de notre communauté. Il découle du chantier Soutien aux organismes et liens sociaux de la Planification stratégique. Un comité s’est réuni début décembre afin de poser les bases de ce nouveau défi et son travail l’amènera à siéger jusqu’à l’été 2021. Par la suite, la Ville passera en mode réalisation du plan d’attractivité selon les réflexions et idées partagées tout au long de la démarche. Le comité se compose de :

  • Catherine Landry du SANA;
  • Geneviève Labillois de Place aux jeunes;
  • Geneviève Nadeau de la MRC Avignon;
  • Sylvie Tremblay, nouvelle citoyenne;
  • Mathieu Lapointe, maire;
  • Alain Turcotte, conseiller;
  • Suzie Gough et Pascal Alain de la direction loisirs, culture et vie communautaire.

Pascal Alain, directeur loisir, culture et vie communautaire

Photo : René Caissy