L’usage des toilettes est la plus grande source de consommation d’eau de votre résidence. Bonne nouvelle! Les toilettes représentent aussi un excellent potentiel d’économie d’eau.

Remplacez votre toilette standard par une toilette certifiée WaterSense ou à faible débit. Un ménage de 4 personnes peut économiser plus de 60 000 litres par année avec ce petit geste.

Réparer une toilette qui fuit empêchera de gaspiller de gros volumes d’eau. Une toilette qui fuit consomme jusqu’à 550 litres d’eau potable par jour, ce qui peut doubler votre consommation d’eau journalière.

Faites le test pour calculer votre consommation d’eau potable : https://monempreintebleue.ca/

Votre toilette fuit-elle?

Certaines fuites font un bruit qui peut être perçu, mais d’autres sont silencieuses.

Pour déterminer si une toilette coule, versez deux ou trois gouttes de colorant alimentaire dans le réservoir. Si l’eau de la cuvette devient colorée après quelques minutes, c’est qu’il y a une fuite. La plupart du temps, une fuite peut être réparée à faible coût.

Quelques chiffres qui parlent gros

  • Débit d’une toilette standard : 13,25 L/chasse;
  • Débit d’une toilette à faible débit : 4,8 L/chasse;
  • On va aux toilettes environ 5 fois par jour;
  • Volume d’une piscine olympique : 2500 m³;
  • Notre calcul : (13,25 – 4,8) L/chasse x 5 chasses/jour x 365 jours x 8,3 M d’habitants) ≈ 127 996 375 m3/an;
  • 127 996 375 ÷ 2500 m³ ≈ 51 199 piscines olympiques.

Source : Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

L’économie d’eau potable fait partie du chantier Empreinte environnementale de la planification stratégique municipale 2019-2024.

Les données récoltées à Carleton-sur-Mer révèlent que la consommation moyenne d’eau potable locale est élevée par rapport aux moyennes québécoise et canadienne. L’eau potable est une richesse collective. La protéger, c’est l’affaire de tous. Voici de bonnes habitudes à adopter dans cet esprit :

  • Fermer le robinet lorsqu’on se savonne les mains, qu’on se brosse les dents ou qu’on se rase;
  • Prendre une douche le temps d’une chanson;
  • Installer des produits économiseurs d’eau potable et des bacs récupérateurs d’eau de pluie;
  • Arroser le potager le soir;
  • Réparer les fuites;
  • Couvrir la piscine;
  • Installer des toilettes à faible débit;
  • Demander une investigation à la municipalité en cas de bruit suspect dans une conduite d’eau. Un bruit constant et inhabituel dans la conduite d’eau, quand il n’y a pas de consommation en cours dans la maison, peut indiquer un bris.

Fermez l’eau, sauvez gros!

La douche est la plus grande source de consommation d’eau chaude de votre résidence. Économiser l’eau sous la douche vous permet de réduire votre facture d’électricité. Voici de bonnes habitudes à cultiver :

  • Prenez une douche plutôt qu’un bain. Prendre une douche de 5 minutes vous permet d’économiser en moyenne 200 litres d’eau potable par semaine;
  • Remplacez votre pomme de douche standard par une pomme de douche certifiée WaterSense. Ceci vous permet de réduire du quart la consommation d’eau sous la douche;
  • Procurez-vous une trousse d’économie d’eau gratuite en passant à l’accueil de l’hôtel de ville;
  • Réservez un bac récupérateur d’eau de pluie, en téléphonant au 418 364-7073 p. 221, au coût de 40 $, livraison incluse.

Faites le test pour calculer votre consommation d’eau potable : https://monempreintebleue.ca/.

Quelques chiffres qui parlent gros

La Ville encourage les résidents à adopter des habitudes qui favorisent l’économie d’eau potable. Nous avons tous un rôle à jouer pour protéger cette richesse collective.

À des fins statistiques, la Ville fournit un bilan de la consommation d’eau potable au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Selon les bilans publiés sur le site Web du Ministère, la consommation moyenne d’eau potable à Carleton-sur-Mer dépasse les moyennes québécoise et canadienne. Bien que le graphique plus bas montre une diminution depuis 2012, on peut encore s’améliorer pour atteindre la cible de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable 2019-2025. Le gouvernement du Québec vise une consommation moyenne de 458 litres/personne/jour en 2025. En 2017, la moyenne dans notre localité s’élevait 607 L/pers./j, donc près de 150 L/pers./j de plus que l’objectif québécois à atteindre en 2025. Les données de consommation d’eau potable sont comptabilisées à l’aide de 5 débitmètres. Ces appareils sont étalonnés chaque année pour atteindre le plus de précision possible dans les données comparatives.

À Carleton-sur-Mer, en moyenne, chaque personne consommait, en 2017, 149 L/pers./jour de plus que l’objectif québécois à atteindre en 2025, qui est maintenant de 458 L/pers./jour.

À Carleton-sur-Mer, le réseau de distribution s’étend sur plus de 55 km. La consommation quotidienne s’accroit en période estivale, notamment en raison de l’ouverture des campings et des piscines. Aussi, plus de 60 résidences secondaires demandent l’ouverture de l’accès au réseau au printemps.

Les fuites influencent aussi le niveau de consommation. L’équipe de travaux publics effectue de 10 à 15 réparations par année sur le réseau d’aqueduc. Le tiers de ces réparations correspond à une fuite sur le branchement de service entre une résidence et le réseau municipal (le fameux bonhomme). L’équipe peut détecter les fuites sur le réseau à l’aide d’un corrélateur acoustique.

Afin de répondre aux objectifs de la stratégie québécoise d’économie d’eau potable, la Ville a entrepris des démarches pour faire installer des compteurs d’eau résidentiels et commerciaux. Ce nouvel indicateur engendre une comparaison plus équitable entre municipalités. Ultimement, la démarche permet de se qualifier dans différents programmes d’aide financière favorisant la réparation et le renouvellement des conduites d’eau potable.

Cartographie de la consommation québécoise : https://www.mamh.gouv.qc.ca/infrastructures/strategie/cartographie-et-rapports-annuels

Vincent Leblanc, directeur des travaux publics

Il est possible de profiter des piscines et des spas l’été tout en adoptant des astuces qui permettent de réduire la consommation d’eau potable :

  • ouvrir la piscine tôt au printemps, sans vidanger l’eau;
  • vérifiez régulièrement le système de filtration, l’entrée d’eau et la paroi de votre piscine afin de détecter les fuites et de les réparer;
  • Éviter de remplir la piscine à plus de 15 cm du bord, afin de diminuer les pertes causées par les éclaboussures.

La haute température estivale entraîne un phénomène d’évaporation de l’eau. Afin de réduire cette évaporation, vous pouvez :

  • couvrir la piscine tous les soirs et lorsqu’elle n’est pas utilisée;
  • maintenir la température de l’eau en dessous de 29 °C.

Faites le test pour calculer votre consommation d’eau : https://monempreintebleue.ca/

La Ville de Carleton-sur-Mer permet aux visiteurs de camper dans 5 lieux

Camping Carleton-sur-Mer : 319, avenue du Phare | campingcarletonsurmer.com | 418 364-3992 | camping@carletonsurmer.com

Camping Aux flots bleus : 279, route 132 Ouest | campingauxflotsbleus.com | 418 364-3659, 1 866 364-3659 | infos@campingauxflotsbleus.com

Camping Bois de mer : 1109, boul. Perron | 450-806-7879

Hostellerie Baie Bleue : 482, boul. Perron | baiebleue.com | 418 364-3355, 1 800 463-9099 | reservations@baiebleue.com

Du 1er juillet au 31 août 2021, cour de l’église Saint-Joseph, secteur Carleton
Stationnement de nuit seulement. Premier arrivé, premier servi. 764, boul. Perron | (418) 364-3972 | fabriquecarleton@gmail.com

 

Le stationnement de nuit et le camping sont interdits sur tous les chemins publics, places publiques et plages

–sous peine d’amende– tel que stipulé dans le règlement 2018-310. –Amende 100 $ plus des frais de 51 $–

Information sur le règlement 418 364-7073 p. 225 | urbanisme@carletonsurmer.com

 

La Ville de Carleton-sur-Mer demande des offres pour la vente de différents lots. L’acheteur sera responsable du transport à partir du garage municipal de Carleton-sur-Mer, 11 rue Comeau.

Conditions de soumission

Les soumissionnaires sont responsables de l’inspection des produits qui les intéressent. Chacun des produits peut être vu sur rendez-vous, au garage municipal au 11, rue Comeau, en prenant rendez-vous au préalable avec le directeur des travaux publics, Vincent Leblanc, au 418 364-7073, poste 236.

Le paiement et le transfert des immatriculations, le cas échéant, devront être terminés dans les 30 jours suivant la résolution de vente adoptée par le conseil municipal. Les taxes (TPS et TVQ) seront appliquées aux montants des ventes.

Les propositions devront être déposées dans une enveloppe scellée portant la mention du lot concerné, avant le 10 juin 2021, à 14 h, à l’hôtel de ville, situé au 629, boulevard Perron, Carleton-sur-Mer (Québec) G0C 1J0.

Les propositions seront ouvertes à cette heure dans la Salle Lavoie – St-Laurent du même endroit.

La Ville de Carleton-sur-Mer se réserve le droit de n’accepter ni la plus haute ni aucune des propositions qui lui seront présentées et de n’assumer aucune obligation ni aucuns frais envers les soumissionnaires.

Carleton-sur-Mer bénéficie d’un programme du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, afin d’améliorer la gestion des ressources en eau et de mieux protéger les milieux hydriques et les écosystèmes aquatiques. Le projet, évalué à 50 835 $, est piloté en collaboration avec le Conseil de l’eau Gaspésie-Sud. Celui-ci a mandaté La Fondation Rivières pour établir un portrait de l’état actuel des systèmes d’épuration des municipalités qui se sont impliquées. Ainsi, 15 stations de traitement des eaux usées et 92 ouvrages de surverses seront caractérisés.

Cette mise à jour du portrait régional pourra servir de levier pour mettre à niveau certaines infrastructures, apportant ainsi des projets d’infrastructures et de développement en région. Échelonnée sur six mois,  jusqu’à juillet 2021, la réalisation du projet permettra également de sensibiliser la population et de démontrer les efforts municipaux. En plus d’améliorer la gestion municipale des eaux usées dans la région, un tel projet contribue notamment à réduire les impacts des eaux usées sur les milieux humides, à répondre aux inquiétudes sur la prolifération anormale d’algues observée dans certains estuaires ainsi qu’à conserver et restaurer les habitats fauniques en lien avec les écosystèmes riverains.

En tout temps, laisser libre la zone interdite au stationnement

Les autobus scolaires, les camions incendie et les déneigeuses ont besoin d’espace pour effectuer leurs manœuvres. La zone de stationnement interdit leur est réservée en tout temps. Les contrevenants s’exposent à une amende de la Sûreté du Québec.

Pour les remorques, un espace de stationnement suffisant est disponible sur la rue Comeau, à la hauteur du terrain de soccer. Il faut se stationner sur la rue Comeau. Les motoneigistes peuvent ensuite remonter la rue et se rendre au fer à cheval via le Trait-Carré.

La collaboration de tous est nécessaire pour préserver la sécurité des sportifs, comme des résidents et des travailleurs.

Zone en bleu : stationnement de véhicule automobile permis

  • Se stationner le plus près possible du bord de la rue, en laissant une voie et demie libre à la circulation.
  • Éviter de se stationner avec une remorque.

Zone en rouge : stationnement interdit

  • En tout temps, le stationnement des véhicules du côté sud de la rue et en amont de l’entrée privée (301, rue de la Montagne) est interdit.
  • Garder cette zone libre en tout temps afin que les véhicules de services publics puissent circuler librement et rebrousser chemin.

Vincent Leblanc, directeur des travaux publics

 

La Ville met en place de nouvelles limites de vitesse sur pratiquement l’ensemble des rues municipales. Le conseil municipal a adopté en mai 2020 une résolution pour abaisser les limites de vitesse sur son réseau routier local.

Après avoir évalué plusieurs scénarios, et en collaboration avec le ministère des Transports, la Ville a décidé d’abaisser la limite de vitesse à 40 km/h dans ses rues résidentielles et à 30 km/h aux endroits où se trouvent une piste cyclable ou un trottoir en bordure de rue. La limite de vitesse dans le 2e Rang a également été réduite à 70 km/h pour s’harmoniser avec le secteur de Maria.

La Ville vous invite donc à tenir compte de ces nouvelles limites lors de vos déplacements. Prudence sur nos routes!

Suivant la recommandation du comité toponymique, le conseil municipal a adopté deux nouvelles dénominations à la séance publique du 6 avril dernier. Ce comité est composé de Danièle Falardeau, Raymond Deslauriers, Paul Lemieux, Michel Landry et Pascal Alain.

Rue Jules-Alain

La nouvelle rue Jules-Alain se trouve dans le secteur est de la localité, juste au sud de la rue Pierre-Thibodeau. Julien Alain, surnommé Ti-Jules ou Jules, est décédé le 27 août 2001 à l’âge de 99 ans. Il était marié à dame Annette Johnson, décédée en 1975. Jules Alain est le fils de Jos-B. Alain, l’un des membres qui ont fondé la coopérative des pêcheurs de Carleton en 1923. Au sein de la famille Alain, la pêche commerciale au saumon est bien ancrée comme métier et comme tradition. Le premier à obtenir un permis de pêche pour cette espèce, en 1865, est Bernard Alain, père de Jos-B. Alain et grand-père de Jules. Cette passion du métier est transmise de père en fils. Jules Alain apprend le métier de son grand-père, mais surtout de son père Jos-B. Il est non seulement pêcheur mais également cultivateur, activité qui lui permet de nourrir la famille. La terre familiale des Alain se situe juste en face de la future rue Jules-Alain. La maison familiale se trouve d’ailleurs toujours sur cette propriété, qui s’étend le long de la route principale jusqu’au 2e Rang, au nord. Conteur à ses heures, Jules Alain figure sur la page couverture du tout premier recueil de poésie de l’auteur Sylvain Rivière.

Écocentre Richard-Nadeau

La Ville de Carleton-sur-Mer possède un centre de transbordement dans la rue Freddy-Allard. Le lieu sera désormais nommé Écocentre Richard-Nadeau. Richard Nadeau est né le 9 janvier 1957 et décédé le
23 mai 2019, à l’âge de 62 ans. Il était le fils de Stella Berthelot et d’Adrien Nadeau. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Richard Nadeau est connu de tout le monde, sans exception. Il maîtrise l’art comme pas un de recycler des matériaux, de redonner une seconde vie à différentes matières telles que le fer, le cuivre, l’aluminium et bien d’autres. Bien avant que le mot «recyclage» devienne à la mode et soit bien ancré dans la vie de tous les jours, M. Nadeau l’incarne dans le quotidien, arpentant le territoire de la localité de long en large avec son vélo, à la recherche de matériaux recyclables. Travailleur infatigable, il passait beaucoup de son temps en ce lieu, connaissant chaque recoin, récupérant tout ce qui pouvait être récupérable et accueillant fièrement les usagers. Surnommé «Ababa», référant à une expression qu’il prononçait régulièrement, Richard Nadeau continuera de côtoyer cet endroit.