Il s’agit principalement de laisser l’environnement le plus possible tel qu’il était avant notre présence.

7 principes du sans trace

1. Se préparer et prévoir (ex. : connaître les règlements et particularités du lieu, remballer les restes de nourriture, réduire les déchets);

2. Utiliser les surfaces durables (ex. : utiliser les sentiers de randonnée et sites de camping existants);

3. Gérer adéquatement les déchets (ex. : remporter ce qu’on a apporté, incluant les papiers de toilette et mouchoirs, ramasser les excréments de son chien);

4. Laisser intact ce que l’on trouve (laisser les pierres, bois, plantes et objets naturels tels que trouvés);

5. Réduire l’impact des feux (ex. : utiliser les emplacements qui ont déjà servi, utiliser un réchaud de petite taille);

6. Respecter la vie sauvage (ex. : être maître de ses animaux domestiques ou les laisser à la maison);

7. Respecter les autres usagers (ex. : baisser le ton, demeurer courtois).

En savoir plus : https://www.sanstrace.ca/principes

La Ville offre une aide spécifique est un soutien non récurrent accordé  à un organisme reconnu, pour la réalisation d’un projet en loisir, sport ou plein air, qui ne fait pas partie de ses activités régulières ou pour l’acquisition d’équipements nécessaires à la tenue de ses activités. Un organisme peut en faire la demande une fois par année.

On demande de présenter une demande globale qui inclut tous les aspects du projet, en remplissant le formulaire en ligne.

Date limite pour déposer une demande : 1er septembre à 16 h de l’année précédant la réalisation du projet.

Vous pouvez consulter la Politique de reconnaissance et de soutien aux organismes du milieu pour en savoir plus sur cette aide financière. Les autres programmes d’aide aux organismes y sont également présentés.

Information : Philippe Patenaude, loisir@carletonsurmer.com.

L’unité 30 Chaleur de la Garde côtière auxiliaire canadienne, en collaboration avec la Ville de Carleton-sur-Mer, a installé une station de prêt gratuit de vestes de flottaison individuelle (VFI) pour les enfants à la plage municipale. 

Au total, neuf VFI sont offerts en libre-service aux enfants qui en requièrent pour se baigner ou pour monter sur une embarcation. Les parents n’ont qu’à remplir une feuille avec leurs coordonnées, à choisir la bonne taille pour leur enfant et veiller à ce que le VFI soit ajusté selon les indications sur place.

« Ce projet pilote s’inspire du programme Kids don’t float (les enfants ne flottent pas) qui existe depuis plusieurs années au Canada, explique Robert Leblanc de la Garde côtière auxiliaire canadienne et instigateur du projet. C’est une première initiative dans l’est du pays, précise-t-il. » Le maire suppléant à Carleton-sur-Mer, Jean-Simon Landry, mentionne que la Ville a embarqué avec enthousiasme dans cette initiative qui s’inscrit parfaitement dans les orientations municipales pour améliorer la sécurité nautique.

Le programme Kids dont float a été instauré en 1996 en Alaska, avec l’installation de 15 stations de prêt de VFI. Une centaine de stations ont été déployées par la suite au Canada, principalement dans l’ouest du pays. Au Québec, les enfants entre zéro et 5 ans sont les plus à risque de noyade avec un taux d’environ 1/100 000 habitants par année. Dans tous les cas de noyades répertoriés, 69 % ne portaient pas de VFI.

L’implantation d’un tel service permet de sensibiliser et d’informer la population sur les saines habitudes à adopter en milieu aquatique.

Depuis la séance publique tenue en avril, la Ville a dû revoir le projet de réfection de l’aréna. En effet, les coûts de réalisation du projet ont explosé, en raison du contexte économique actuel. Ainsi, la Ville a commandé une révision majeure à l’architecte afin de prioriser les éléments essentiels. C’est-à-dire :  isolation, revêtement extérieur, électricité, plomberie, ventilation, composantes du système de réfrigération et accessibilité universelle.

Le conseil municipal a déposé le 13 juin dernier un projet de règlement d’emprunt de 5 046 652 $ à ce propos. Le conseil tiendra une séance publique le 16 juin à ce sujet. Un registre sera disponible le lundi 27 juin à l’attention ce ceux qui souhaitent que le règlement fasse l’objet d’un référendum. Afin de tenir le public informé de l’évolution du projet, tant sur les éléments retranchés ou conservés que sur l’échéancier, une page Web est publiée sur le site de la Ville, à https://carletonsurmer.com/refection-arena/. Il est aussi possible d’obtenir une copie de cette page à l’accueil de l’hôtel de ville.

Même si on a enlevé les « tant qu’à faire », il reste que l’investissement se concrétisera par une large bonification des installations.

Mathieu Lapointe, maire

Du 21 au 27 mai 2022, c’est la semaine de la sécurité nautique. Voici les 5 messages clés pour naviguer en toute sécurité :

  1. Portez votre gilet de sauvetage Plus de 80 % des Canadiens qui se noient en bateau ne portaient pas leur gilet de sauvetage ou ne le portaient pas correctement.
  2. Embarquez sobre Qu’il s’agisse de médicaments sur ordonnance, d’alcool ou de cannabis, la consommation de substances intoxicantes est à la fois irresponsable et illégale.
  3. Suivez un cours de navigation Si vous conduisez une embarcation de plaisance à moteur, vous devriez avoir votre carte de conducteur d’embarcation de plaisance ou une autre preuve de compétence. Si votre préférence pour la navigation de plaisance va vers la pagaie, c’est le moment idéal pour vous inscrire à une formation sur l’eau.
  4. Soyez prêts, vous et votre bateau Cela signifie que vous êtes au courant de votre voyage à venir, que votre bateau est correctement équipé du matériel de sécurité requis et bon à avoir, que la météo est propice au voyage, que vous avez suffisamment de carburant et que vous avez déposé un plan de voyage.
  5. Soyez conscients des risques liés l’eau froide L’eau froide peut gravement affecter votre capacité à nager ou même simplement à rester à flot. Quelle que soit votre capacité à nager, la meilleure chance de survivre à une immersion accidentelle en eau froide est de porter votre gilet de sauvetage!

Ressources

Conseil canadien de la sécurité nautique : https://csbc.ca/fr/
Appli utiles, carnet de bord, prix, prévention, etc. Un incontournable!

Navigation 101 pour kayak, canot, planche à pagaie et bateau à moteur : https://startboating.ca/fr

Bateau à moteur, motomarine, canotage, pêche et voilier  : https://plaisancieraverti.ca/

5 étapes pour naviguer en sécurité

Le 25 avril dernier, l’équipe municipale a convié la population à une rencontre publique au sujet de la réfection de l’aréna. Environ 88 personnes y ont participé. Une page dédiée au projet sera publiée sous peu afin de permettre  au public de suivre l’évolution du projet sur  carletonsurmer.com/réfection-arena.

Objectifs de la réfection

La réfection de l’aréna vise à optimiser et sécuriser le fonctionnement des installations, à améliorer le confort des utilisateurs et à rendre les installations accessibles aux personnes à mobilité réduite. L’investissement devrait permettre au bâtiment de traverser les 30 à 40 prochaines années.

Cheminement

Ce projet chemine depuis 2018 et sa réalisation est devenue envisageable en février 2021 lorsque le ministère de l’Éducation du Québec y a octroyé un financement de 1,9 M$ avec le programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS). De plus, la Caisse Desjardins de la Baie-des-Chaleurs offre une aide financière de 100 000 $, comme commanditaire de la loge publique. Cet hiver, une étude géotechnique et des plans et devis ont été réalisés, afin de pouvoir estimer les coûts de réalisation. Un règlement d’emprunt sera ensuite nécessaire pour poursuivre la démarche.

Charge financière

Dans le contexte économique actuel, les estimations laissent présager des dépassements de coût significatifs. La Ville se préoccupe donc de cet impact financier sur le budget municipal. En effet, le coût de réalisation estimé est passé de 3 à 6,5 M$ alors que le financement du PAFIRS demeure à 1,9 M$. C’est pourquoi nous avons entrepris des démarches pour partager des coûts d’utilisation avec les municipalités de Maria et Nouvelle. Nous évaluons aussi comment revoir le projet pour réduire les coûts. Une estimation  finale est attendue fin juin. Par conséquent, l’échéancier doit être revisité.

Échéancier

La Ville a entendu la préoccupation des usagers pour limiter l’impact sur les activités de hockey. Cependant, le calendrier de production est tributaire de différents aspects indépendants de notre volonté. Par exemple, chaque contrainte à l’entrepreneur engendre des coûts et les travaux dépendent de la disponibilité des matériaux et de la main-d’œuvre. Le projet de règlement d’emprunt devrait être déposé en juillet.

Retour sur la rencontre publique

Le 4 février dernier, l’équipe municipale a accueilli 31 personnes à la salle Charles-Dugas pour participer à une rencontre publique. Cette rencontre donne suite au resserrement des consignes de sécurité annoncé le 27 janvier.

L’équipe municipale a brièvement présenté le contexte dangereux induit par l’explosion des activités dans la portion non déneigée de la rue de la Montagne et les contraintes légales qui s’imposent. Les participants à la rencontre ont pu entendre des réponses à leurs questions. La discussion a aussi permis de mettre en commun différentes pistes de solution. Ces idées seront approfondies par un comité de travail formé de volontaires représentant différents usages, de personnes-ressources et de membres de l’équipe municipale.

Composition du comité de travail

  • Michel Bond, adepte de raquette
  • Julie Boudreau, skieuse hors-piste
  • Réjean Boudreau, adepte de luge
  • Louis Bujold, adepte de raquette et propriétaire
  • Édith Comeau, propriétaire et motoneigiste
  • Laurie Desrosiers-Leblanc, skieuse hors-piste
  • Jean-Claude Guimond, gestion du risque
  • Valérie St-Laurent–Lemerle, glissade avec les enfants et skieuse hors-piste
  • Mathieu Lapointe, maire
  • Antoine Audet, directeur général
  • Pascal Alain, directeur loisirs, culture et vie communautaire
  • Olivier Côté-Vaillancourt, parc régional du Mont-Saint-Joseph
  • Magalie Forest, Unité régionale de loisirs et sport

Planification

Le comité de travail tiendra une rencontre début avril, afin d’évaluer les pistes de solution et de proposer une solution viable à la Ville. Celle-ci pourra alors faire un retour à la population avant de mettre un plan en œuvre pour l’hiver 2022-2023.

Antoine Audet, directeur général et greffier

Activités dans la portion non déneigée de la rue de la Montagne

Le 27 janvier dernier, le conseil municipal s’est vu dans l’obligation d’agir rapidement pour veiller à la sécurité des nombreux utilisateurs de la rue de la Montagne, dans la portion qui n’est pas déneigée. Devant l’affluence monstre dans ce secteur, le conseil a priorisé temporairement la randonnée pédestre et la raquette.

En effet, motoneige, randonnée et glisse ne peuvent pas cohabiter de façon sécuritaire dans une même voie, avec des enfants en toboggan et des randonneurs. Comme l’a mentionné le maire Mathieu Lapointe : « Advenant un accident majeur, la Ville pourrait être tenue responsable et c’est un risque qu’on se doit d’éviter. »

Il n’en demeure pas moins que la montagne est un joyau dont on veut pouvoir profiter au maximum. C’est pourquoi la Ville propose des rencontres publiques pour réfléchir ensemble à des solutions à mettre en place afin de maximiser la pratique d’activités physiques extérieures en toute sécurité.

Consultation publique

24 février de 19 h à 21 h, à la salle Charles-Dugas

Passeport vaccinal requis. Déroulement de la rencontre :

  1. Retour sur la décision de la Ville
  2. Présentation des enjeux et normes
  3. Tour de table et écoute des participants
  4. Formation d’un comité de réflexion, avec des utilisateurs de différents types ainsi que des représentants du parc régional Mont-Saint-Joseph et de la Ville.

À la suite de cette rencontre publique, le comité pourra évaluer les suggestions recueillies et proposer des pistes de solution à la population.

Voyant les risques s’accroitre rapidement pour la sécurité des adeptes de plein air sur la rue de la Montagne, la Ville se voit dans l’obligation d’agir.

En effet, la fréquentation de la portion non déneigée de la rue de la Montagne a explosé cet hiver. Après avoir consulté les autorités compétentes, la Ville se doit de resserrer les consignes de sécurités sur ce chemin municipal.

Les consignes suivantes s’appliquent dans la rue de la Montagne, entre le fer à cheval et la chapelle, située au sommet du mont Saint-Joseph :

  • la randonnée pédestre et la raquette sont autorisées;
  • toute activité de glisse est interdite, que ce soit en ski, en luge, en toboggan ou autre;
  • l’autorisation de surfaçage est suspendue;
  • l’accès en motoneige est strictement réservé aux propriétaires de terrain qui donnent sur la rue, entre le fer à cheval et la chapelle. Tous les autres motoneigistes doivent accéder au sommet du mont Saint-Joseph en passant par la montagne à Bouchard.

Le maire, Mathieu Lapointe, précise que ce n’est pas de gaité de cœur qu’on resserre les règles dans ce secteur, sachant que le site était utilisé par un grand nombre de personnes pour faire des activités : « C’est pourtant nécessaire que la Ville lance un message clair que c’est un chemin public non entretenu. Le tronçon ne dispose pas d’installations sécuritaires et adaptées à la pratique de sports de glisse. » Il demeure toutefois possible d’accéder au site en marchant, pour profiter du panorama.

L’engouement est manifeste pour la pratique d’activités physiques hivernales sur la rue de la Montagne. « Nous devons maintenant trouver des solutions pour maximiser l’utilisation de la montagne, mentionne M. Lapointe, tout en préservant la sécurité des utilisateurs. La Ville entamera ainsi un processus de consultation publique au cours des prochaines semaines afin de trouver des solutions à ce défi. »

La Ville a confié, au parc régional du Mont Saint-Joseph (MSJ), l’accueil aux Arpents verts ainsi que la gestion et l’entretien des sentiers hivernaux au golf, sur l’avenue du Phare et sur la promenade des Acadiens. L’équipe MSJ, qui s’occupe aussi des sentiers dans le secteur du ruisseau Bastien, propose une page Facebook pour publier l’information et l’état des pistes.

Horaire des fêtes

Sous réserve de conditions favorables à l’opération, les sentiers hivernaux seront ouverts les 23 et 24 déc., du 26 déc.  au 2 janvier. L’équipe est en congé le 25 décembre.

Nouvelle page Facebook

Abonnez-vous à la nouvelle page Facebook pour connaître la date d’ouverture des sentiers, l’état des pistes de ski de fond, les règlements des différents secteurs et toute l’information utile à vos sorties sportives.

Information