La Ville favorise la mobilité durable avec différents services et aménagements : électrification des véhicules, bornes de recharge, pistes cyclables, sentiers piétonniers, navette estivale, supports et stations de réparation pour les vélos, service de transport collectif, abribus et autopartage.

En plus de réduire le bruit ambiant, la circulation automobile et les gaz à effet de serre, ce concept favorise une meilleure santé et facilite l’accès aux moyens de transport, notamment pour les gens à faible revenu. De plus, la mobilité durable se traduit par une économie de coûts de déplacement pour les usagers. D’où les efforts de la Ville pour suivre la tendance!

Nouvelles bornes de recharge

En effet, deux bornes doubles de recharge seront installées au parc des Horizons. Ainsi, quatre cases de stationnement donneront accès à des bornes payantes de niveau deux. Ces bornes sont entièrement financées par le programme 4 500 bornes sur rues d’Hydro-Québec. La Ville en sera l’unique propriétaire et gestionnaire.

Vélos électriques en libre-service

De plus, à partir de juin, huit vélos à assistance électrique seront disponibles en location. Ces vélos géolocalisés seront basés dans le stationnement est de l’hôtel de ville et au camping. Les modalités de location sont publiées sur le site de la Régîm, gestionnaire de la plateforme de location et promoteur de cette initiative.

Forum régional

Enfin, la Régîm organise les 1er et 2 juin un forum régional sur le sujet. La Ville y présentera ses réalisations et ses projets en transport actif.

La Ville annonce son intention de modifier la règlementation afin d’encadrer les interventions sur le paysage et l’abattage d’arbres sur son territoire.

La communauté est invitée à une consultation publique sur la modification de ces deux règlements, qui se tiendra le mardi 6 juin, à 19 h, au foyer du Quai des arts.

Le conseil municipal a adopté des avis de motion et deux projets de règlement lors de la séance régulière du 8 mai à cet effet. Le maire, Mathieu Lapointe, précise que les élus ont entendu les préoccupations des résidents et souhaitent doter l’équipe municipale d’outils d’intervention qui leur donne plus de pouvoir. « Avant tout, dit-il, nous souhaitons favoriser un développement harmonieux du secteur des montagnes. »

Projets de règlements :

Les modifications proposées permettront de préciser les zones sensibles et de resserrer les normes lors d’intervention sur les montagnes, par exemple la construction ou rénovation de chalet ou d’aménagement, le déboisement et l’aménagement de sentiers. Les normes concernant la plantation, l’entretien et l’abattage d’arbres ont également été revues pour l’ensemble du territoire de la ville.

Dans cet esprit, une étude de caractérisation des paysages devrait être livrée à l’automne. Cette étude fournira un inventaire des paysages incontournables sur notre territoire. D’abord, il s’agira d’identifier les secteurs les plus sensibles, comme la montagne, les barachois et les bancs. Ensuite, l’étude déterminera comment ces zones se distinguent et ce qui justifie leur sauvegarde. Et puis, dans ce processus, la population sera consultée à l’automne. Enfin, l’étude se conclura par des recommandations, à l’hiver 2023-2024, qui permettraient d’encadrer l’aménagement du territoire, pour le préserver, le sauvegarder et, éventuellement, le mettre en valeur. La Ville a l’intention d’augmenter la surveillance et de mieux accompagner les promoteurs, avant la réalisation des projets.

Carleton-sur-Mer lance un troisième budget participatif avec un montant de 100 000 $, destiné à un projet axé sur les besoins de la jeunesse.

Les personnes intéressées peuvent remplir le formulaire de dépôt de projet dès maintenant et un atelier de développement de projets se tiendra le 5 avril. Toute l’information, incluant le formulaire, est publiée sur https://budgetparticipatifcarletonsurmer.com/
et disponible à l’hôtel de ville.

Site Web du budget participatif

Cette démarche permet aux décideurs de mieux connaître les besoins locaux. Le maire, Mathieu Lapointe, mentionne que les deux exercices de budgets participatifs précédents se sont conclus avec la réalisation de projets appréciés de la communauté. Si bien que le conseil municipal a décidé de renouveler l’expérience cette année. « Depuis le premier budget participatif, en 2019, de nombreux projets ont été réalisés sur le territoire de Carleton-sur-Mer, ajoute Mathieu Lapointe. Non seulement les projets élus par les citoyens ont-ils été réalisés, mais la Ville a aussi trouvé du financement pour en réaliser d’autres parmi les idées soumises. »

Les citoyens de Carleton-sur-Mer sont donc invités à lancer de nouvelles idées de projets. Pour Antoine Audet, directeur général, ce processus démocratique est une belle occasion de mieux comprendre les rouages municipaux. « Avec le budget participatif, dit-il, le citoyen a une place privilégiée dans l’équipe municipale. »

Le budget participatif est un des chantiers de la planification stratégique en cours depuis 2019.

Préparation du 5 à 7 des bénévoles

La semaine de l’action bénévole se déroulera du 16 au 22 avril prochains. La Ville tient à remercier toutes les personnes s’étant impliquées bénévolement en 2022 et à récompenser leur apport. Nous préparons donc notre rendez-vous annuel avec quelques idées nouvelles qui devraient vous plaire.

Avez-vous des expériences à partager? Des candidats ou candidates à proposer?

La Ville souhaite connaitre vos anecdotes et vos belles histoires bénévoles! En effet, des prix seront offerts aux organismes communautaire, culturel et sportif qui se sont démarqués. Communiquez avec Gabriel Roy, notre animateur cette année, pour nous raconter vos histoires liées à l’action bénévole, partager votre expérience en tant que bénévole ou nous envoyer des photos et vidéos de vos réalisations. Nous vous encourageons à questionner vos bénévoles pour dénicher le trésor caché.

Proposez une candidature pour le bénévole de l’année et le bénévole jeunesse de l’année (25 ans et moins) avec le formulaire en ligne!

Information : Gabriel Roy, animateur, 418 364-7073, p. 238, animation@carletonsurmer.com.

Bien entourés, les jeunes peuvent persévérer!

Du 13 au 17 février, l’entourage des jeunes est à l’honneur lors des Journées de la persévérance scolaire. Fière Ville étudiante, Carleton-sur-Mer s’engage dans la mobilisation autour de ce mouvement bienveillant et collectif. Encourager la motivation, la résilience et la confiance en soi de chaque jeune, c’est nourrir leur persévérance scolaire. Les jeunes, partie prenante de notre société, grandissent mieux avec des félicitations, de l’accompagnement, des encouragements, des explications, de l’écoute et de l’appui.

Leur persévérance se cultive au contact bienveillant de leur entourage. Car, derrière chaque jeune qui continue à fournir des efforts dans son parcours scolaire, il y a des adultes qui jouent un rôle essentiel, et vous en faites partie!

Les petits gestes concrets aident à lever les obstacles à leur réussite éducative :

  • Offrir de l’aide;
  • S’intéresser à ce que le jeune vit à l’école;
  • Être à l’écoute;
  • Lui faire vivre ses premiers succès dans une activité parascolaire;
  • Suggérer des outils pour bien gérer le temps consacré aux études, aux loisirs et au travail;
  • Encourager la poursuite des études jusqu’à l’obtention du diplôme ou de la qualification visée;
  • Rassurer de manière positive.

Merci à vous, parents, enseignants, éducateurs, employeurs, intervenants en milieux scolaires, personnels de soutien ou membres d’organismes communautaires! Vos gestes et votre présence bienveillante multiplient incontestablement les possibilités de réussite de chaque individu aux études. Merci beaucoup! Chacun de vos gestes compte!

Mathieu Lapointe, maire

En séance extraordinaire le 19 décembre dernier, le conseil municipal de Carleton-sur-Mer a adopté le budget de l’année 2023. Le budget totalise 9 970 000 $, une hausse de 6,46 %.

Pour une résidence d’une valeur moyenne de 185 950 $, l’augmentation du compte de taxes se chiffre à 3,9 %, ce qui est inférieur à l’augmentation moyenne de 6,5 % de l’indice des prix à la consommation (IPC) en 2022. L’exercice de prévisions budgétaires représentait un défi, en raison de cette forte hausse de l’IPC, qui a eu un impact sur plusieurs charges, dont le carburant, les matériaux et les taux d’intérêts.

« Le budget a été élaboré avec le souci de contrôler les dépenses pour limiter la hausse du compte de taxes municipales, mentionne le maire Mathieu Lapointe. Malgré le contexte inflationniste, dit-il, le conseil souhaite maintenir la qualité des services municipaux et poursuivre le développement de la ville. »

Concernant la tarification des services, seul le tarif pour la collecte et le traitement des matières résiduelles augmente de 20 $, suivant l’augmentation des coûts à 62 000 $ pour l’élimination des déchets et des matériaux secs. Les tarifs par unité se chiffrent à 220 $ pour les matières résiduelles, à 275 $ pour l’aqueduc et à 315 $ pour les égouts.

Faits saillants

  • IPC en forte hausse à 6,5 %;
  • Subvention reçue de la péréquation (+ 65 k$);
  • Augmentation des honoraires d’évaluation municipale, année de dépôt de rôle (+ 88 k$);
  • Nouvelle quote-part à verser à la MRC Avignon (+ 47 k$);
  • Augmentation du service de la dette nette, en raison principalement de la hausse des taux d’intérêt (+ 253 k$ sur 1,6 M$).

Plan triennal d’immobilisation

Le conseil a aussi adopté le plan triennal d’immobilisation (PTI) 2023, 2024 et 2025. Celui-ci prévoit des investissements totalisant près de 28 M$. De ce montant, 15 M$ seraient assumés par la Ville et la balance, par des subventions des différents paliers gouvernementaux. En 2023, les investissements totalisent 14 M$.  Le plan triennal concerne principalement :

  • la réfection de l’aréna Léopold-Leclerc (6,5 M$);
  • le remplacement du réseau d’aqueduc et d’égout du camping municipal (1,6 M$);
  • la réfection de la rue de la Montagne (2,4 M$);
  • la phase II du quartier Espace-Nature (2 M$).

L’augmentation de la richesse foncière de la Ville permet d’absorber la hausse de 8,5 M$ de la dette nette, prévue en 2023, pour les investissements au PTI. Voici quelques chiffres comparatifs :

  • Depuis 2018, le conseil municipal a réussi à diminuer la dette municipale de 16,5 M$ à 12,3 M$ au 31 décembre 2022.
  • La dette nette par 100 $ de RFU (richesse foncière uniformisée) est de 3,88 $ en 2023 comparativement à 4,12 $ en 2018.

La proportion du service de la dette sur l’ensemble des charges est de 18 % en 2023 comparativement à 21 % en 2018.

Dans le sillage de la planification stratégique 2019-2025, la Ville poursuit sa démarche d’amélioration continue concernant le service aux citoyens. Dans ce contexte, les citoyens et les visiteurs ont été invités à répondre à un sondage sur l’expérience estivale en juillet, août et septembre derniers. L’équipe municipale a présenté les résultats de ce sondage lors d’une rencontre publique le 9 novembre au Quai des arts. Il a été intéressant de comparer les réponses des visiteurs avec celles des citoyens. La présentation visuelle du consultant est disponible en ligne ou à l’hôtel de ville. Voici un résumé des grandes lignes.

Profil des répondants

  • 353 personnes ont répondu au sondage en entier ou partiellement, dont 65 % sont des citoyens de Carleton-sur-Mer;
  • Belle représentativité des groupes d’âge;
  • Les deux tiers sont des femmes;
  • La moitié ont un diplôme universitaire;
  • Une majorité ont un revenu annuel supérieur à 40 000 $ et sont en couple.

Appréciation générale des répondants

  • La satisfaction à l’égard de l’expérience estivale est généralement bonne et s’améliore. Les visiteurs en particulier sont très satisfaits;
  • La sécurité et la quiétude en rapport avec le nombre de visiteurs sont des préoccupations pour 39 % des citoyens qui ont répondu à cette question;
  • 77 % n’ont cependant pas de sentiment d’inconfort et d’insécurité lorsque de nombreux visiteurs fréquentent la région;
  • La majorité des répondants ont une opinion favorable en rapport avec différents aspects de l’industrie touristique à Carleton-sur-Mer.

Selon les résultats du sondage, les aménagements les plus appréciés se trouvent dans les secteurs du banc et du quai, de la piste cyclable et de la plage. Les points d’amélioration mentionnés concernent principalement les déplacements en véhicule, en vélo ou à pied. Parmi les suggestions reçues, on voit l’ajout d’une installation aquatique, l’amélioration de la piste cyclable, l’accessibilité au mont Saint-Joseph et l’ajout de traverses piétonnières. La moitié des répondants ont rédigé un témoignage et la présentation du consultant en cite quelques-uns.

Ces données constituent une source d’information utile à la Ville pour réfléchir aux orientations à adopter. En effet, l’équipe municipale effectue la mise à jour de la planification stratégique, qui sera publiée à l’hiver 2023.

Les représentants de la Ville de Carleton-sur-Mer et de l’Association des pompiers de Carleton-sur-Mer ont signé, le 12 décembre dernier, une première entente de conditions de travail. D’une durée de trois ans, celle-ci s’appliquera dès 1er janvier 2023.

La reconnaissance de la formation et de l’entrainement des pompiers est au cœur de cette entente. En effet, ils recevront dorénavant un salaire lors de ces activités. Les exigences sur le plan de leur formation ont augmenté notablement dans les dernières années, si bien qu’il devenait souhaitable pour la Ville du supporter ce volet d’action.

L’entente inclut également des mesures qui favorisent l’intégration de nouvelles personnes et encadrent le travail de l’équipe. Les hausses salariales consenties se chiffrent à 2 % par année. De plus, une majoration de 6 % est répartie sur les trois années de l’entente pour combler un retard de la rémunération des pompiers par rapport à des villes québécoises comparables.

Le maire, Mathieu Lapointe, mentionne que le travail des pompiers à temps partiel s’est professionnalisé au cours des dernières années, compte tenu de l’augmentation de la charge et de la complexité de ce métier. « Dans ce contexte, dit-il, la Ville est fière de convenir de conditions de travail globales pour les pompiers à temps partiel, au même titre que l’ensemble du personnel municipal. »

L’entente s’est conclue grâce à tous les intervenants qui ont participé aux négociations dans un esprit d’ouverture et en démontrant du respect envers les besoins et enjeux de chacun. La convention s’applique aux 18 pompiers à temps partiel et à ceux qui se joindront à l’équipe par la suite. Le comité de négociation se compose d’Emmanuelle Poirier, pompière (absente sur la photo); Patrick Lallemand, pompier; Joël Bérubé, président de l’Association des pompiers; Régis Leblanc, conseiller municipal; Pierre Beaulé, directeur sécurité publique et incendie et Antoine Audet, directeur général et greffier.

La Ville a le feu vert pour permettre certains sports d’hiver dans la portion non déneigée de la rue de la Montagne l’hiver prochain.

En effet, le comité des activités sur la montagne, la Ville et le conseiller en assurance ont soumis une solution à l’assureur afin que les adeptes de sports d’hiver puissent s’exécuter dans la rue de la Montagne. Puis, l’assureur a donné son aval au projet pilote balisant les activités de ski, de planche, de raquette et de randonnée sur la montagne. Les activités de glissade seront quant à elles orientées vers les autres sites de glisse de la région, notamment, aux Arpents verts.

Le maire, Mathieu Lapointe, précise que la Ville oriente ses actions selon la volonté des usagers, afin que le lieu conserve une fonction multisport. « Le défi était grand, mais, avec la collaboration des usagers, nous avons trouvé une solution qui nous permet de conserver l’accessibilité à la montagne en hiver pour nos citoyens.  L’environnement de la rue de la Montagne sera adapté, dit-il, pour demeurer accessible, convivial et sécuritaire. »

Mesures de sécurité mises en place

La Ville propose une solution basée sur différentes mesures de sécurité qui respecte les bonnes pratiques des différents sports possibles :

  • Aucun surfaçage sur la rue.
  • Interdiction aux motoneigistes d’emprunter cette portion de la rue de la Montagne. Ils devront obligatoirement emprunter le sentier fédéré pour accéder au sommet (tracé orange).
  • Autorisation de circuler en motoneige accordée aux propriétaires de chalet en haut de la montagne et aux entreprises qui doivent s’y rendre (tracé rouge).
  • Interdiction d’utiliser des traineaux et luges, dont le contrôle de la vitesse et de la direction sont difficiles.
  • Invitation aux adeptes de traineaux et de luge à utiliser les autres sites de glissade régionaux.
  • Campagne de sensibilisation auprès de la population et des usagers.
  • Consignes données aux utilisateurs empruntant la rue de la Montagne, dans la portion non déneigée :
Corridor à gauche

(7 m de large)

Corridor à droite

(3 m de large)

Skieurs et planchistes hors-pistes : descente Skieurs et planchistes hors-pistes :
montée
Marcheurs et raquetteurs :
montée et descente
Motoneigistes propriétaires :
montée et descente
  • Affichage informant des bonnes pratiques à suivre.
  • Campagne de sensibilisation.

La Ville compte sur la collaboration de toutes et tous pour respecter les consignes et faciliter la pérennité de la pratique de sports dans la portion non déneigée de la rue de la Montagne.  Au cours de ce projet pilote, le public pourra communiquer ses commentaires au coordonnateur sport, loisir et plein air, Philippe Patenaude, à loisir@carletonsurmer.com ou 418 364-7073, p. 234.

Contexte et historique

En janvier 2022, voyant les risques s’accroitre rapidement pour la sécurité des adeptes de plein air sur la portion non déneigée de la rue de la Montagne, la Ville a consulté les autorités compétentes et s’est vue dans l’obligation d’agir. Si bien que la rue a été fermée le 27 janvier. À la suite de la rencontre publique tenue le 24 février, le comité des activités hivernales sur la rue de la Montagne a été formé. Il est composé de 13 personnes, dont différents usagers de la montagne (raquettes, motoneige, ski, propriétaire, glissade), un représentant du parc régional Mont-Saint-Joseph, une représentante de l’URLS GÎM (Unité régionale de loisirs et sport Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, le maire, le directeur général et le directeur loisir, culture et vie communautaire.

Parmi les canaux de communication utilisés par la Ville pour joindre les citoyens, figure la messagerie express. Il s’agit d’un système d’alertes et de notifications auquel les résidents peuvent s’abonner gratuitement. L’hiver passé, le sondage sur les communications montrait que les citoyens apprécient le service et souhaitent qu’il soit utilisé davantage.

Dans les quelque 2200 foyers du territoire, déjà 675 personnes se sont abonnées au système d’alerte. Celui-ci nous permet, entre autres, d’adresser un message localisé à un secteur géographique en particulier. Par exemple, en sélectionnant uniquement les rues concernées par l’annonce. Si bien qu’il est avantageux d’indiquer une adresse civique dans la fiche d’inscription.

Nous vous encourageons à vous inscrire et à tenir vos informations à jour. Utilisez le petit formulaire en ligne.

Information et assistance

Alain Lapierre, 418 364-7073 p. 232, greffe@carletonsurmer.com.