Communications\Actualités

Actualités

13 novembre 2017
Mot du maire, Mathieu Lapointe

Mot du maire

Photo : Magali Deslauriers

Chères citoyennes, chers citoyens,

Ensemble, nous irons loin

Tout d’abord, je tiens à vous remercier chaleureusement de m’avoir accordé votre confiance.

J’ai fait le choix de m’impliquer en politique municipale, le palier gouvernemental le plus près des gens : nous travaillons en étroit

e collaboration avec la population. Nous pouvons réellement contribuer à votre qualité de vie, à la réalisation des projets que vous soutenez et à atteindre des objectifs concrets.

Durant la campagne électorale, j’ai eu le privilège d’aller à votre rencontre. Vous m’avez accueilli dans vos demeures et m’avez fait part de vos préoccupations ou de vos idées pour dynamiser notre magnifique communauté. Ces échanges furent pour moi très stimulants et enrichissants. J’en suis maintenant à l’étape de rassembler vos idées et de travailler avec le conseil et l’équipe de la Ville pour répondre à vos attentes. Sachez que je suis grand

ement motivé par ce défi et que je demeurerai ouvert et à l’écoute tout au long de mon mandat. N’hésitez pas à m’interpeller.

Ensemble, je suis persuadé que nous irons plus loin!

Dossier de la protection de l’eau potable

À la suite d’une étude visant à doter notre municipalité du meilleur site d'approvisionnement en eau potable, la Ville a loué au début des années 1990 des terrains appartenant à MM. Alphonse et Jean-François Bernard. À la fin du bail en 2011, le conseil municipal de l’époque souhaitait acheter ces terrains en raison des besoins essentiels en eau, du bon fonctionnement de l’approvisionnement de la source et de la valeur des installations municipales mises en place. Devant l’impossibilité d’une entente avec les propriétaires, il y a eu un processus d’expropriation. La Ville a effectué trois démarches différentes avec MM. Bernard pour essayer d’obtenir une entente à l’amiable. Malgré tout, devant l’impossibilité d’une entente, la cause a été entendue par le Tribunal administratif du Québec (TAQ), comme tout dossier d’expropriation.

Le jugement du TAQ donné le 12 octobre dernier favorise MM. Bernard. Essentiellement, le juge a fixé la valeur des terrains expropriés à 563 000 $. En plus de ce montant, la Ville doit rembourser les frais juridiques, les honoraires des experts qui ont témoigné ainsi qu’une indemnité. Avec les intérêts, la facture finale pourrait frôler le million. La ville avait jusqu’au dimanche 12 novembre pour décider soit d’aller en appel, soit de payer ces montants à MM. Bernard. Devant ces courts délais en pleine période d’élection, la Ville a déposé une requête introductive d’instance pour permission d’en appeler. Cette demande de faire appel ne signifie pas pour le moment que la Ville va en appeler. Un juge pourrait accepter ou non cette requête, et nous pouvons décider de poursuivre le processus ou non.

Toutefois, grâce à cette lettre, le nouveau conseil municipal entré en fonction le 13 novembre pourrait obtenir un délai de 60 jours. Pendant ce temps, le conseil va évaluer les trois options qui s’offrent à lui, à savoir : 1) négocier une entente avec MM. Bernard; 2) faire appel; 3) payer le montant prescrit dans le jugement. Cette dernière option requiert toutefois des démarches administratives et des autorisations gouvernementales. Afin de ne pas être pris de court, le conseil municipal a adopté à la séance du 13 novembre dernier une première résolution enclenchant le processus nécessaire au paiement d’une telle somme.

Enfin, j’ai personnellement contacté M. Alphonse Bernard afin de le rencontrer. Ce dossier majeur préoccupe les citoyens comme l’ensemble du conseil. Soyez assurés que la Ville communiquera les développements du dossier au fil de son avancement.

Cordiales salutations,

Le maire, Mathieu Lapointe
Retour